La télémédecine remède aux difficultés d’accès aux soins

Levier majeur de l’amélioration de l’accès aux soins, le déploiement de la télémédecine sur le territoire s’accélère.

Ce chariot muni d'un caméra et connecté à la plateforme Qimed coûte 9 600€. L'ARS a d'ores et et déjà mobilisé 500 000€ pour équiper les établissements volontaires.
© Ville du Mans

La Sarthe fait partie des 10 départements français à la démographie médicale la plus faible. « Il n’y a cependant pas de fatalité et il est important que les institutions soient au rendez-vous des dynamique territoriales », a répété à plusieurs reprises Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) lors de la conférence de presse de présentation du déploiement de la télémédecine en Sarthe, jeudi 18 juillet au Centre hospitalier du Mans (CHM).

Dans un premier temps, les filières dermatologie (ulcères, escarres, retards de cicatrisation, éruptions aigües…) et gériatrie (générale et gérontopsychiatrie) sont concernées par ses téléconsultations et télé-expertises.

  • La téléconsultation permet la consultation à distance entre un médecin et un patient, ce dernier pouvant être assisté par un autre professionnel de santé. Concrètement ? Un infirmier exerçant dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes s’interroge sur la cicatrisation d’une plaie chez un patient diabétique peur prendre rendez-vous avec un médecin de l’hôpital du Mans. À distance, à l’aide d’une caméra dont il pourra prendre les commandes le spécialiste pourra poser un diagnostic. La téléconsultation est remboursée pour tous les patients.
  • La télé-expertise, permettant à un médecin de solliciter l’expertise d’un confrère face à une situation médicale donnée. Concrètement ? Un médecin généraliste qui a un doute sur les grains de beauté d’un de ses patients peut adresser une demande d’avis accompagnée de clichés à un dermatologue du Centre hospitalier du Mans. Délai de réponse maximum : une semaine. La télé-expertise sera également remboursée pour tous les patients à partir de 2020.

Ces nouvelles pratiques médicales, fondées sur le recours aux technologies de la communication, vont permettre d’améliorer la prise en charge des patients en évitant des renoncements aux avis spécialisés dus à des délais trop longs, un accès de tous à des soins de qualité sur l’ensemble du territoire et une meilleure qualité de vie des patients en évitant des déplacements pour les personnes les plus fragiles.

Aujourd’hui, 27 établissements (centre hospitalier, EHPAD, maison de santé pluri-professionnelle, maison de santé libérale, centre communal de santé, foyer d’accueil médicalisé, résidence) répartis dans toute la Sarthe participent à cette dynamique.

Région et Département, Ville du Mans et Pôle métropolitain Le Mans Sarthe ont pris conscience de l’urgence de la situation en se mobilisant pour le déploiement de ces nouvelles pratiques. L’enjeu étant d’améliorer l’accès aux soins sur l’ensemble du territoire.

« Il s’agit bien d’un appui complémentaire. Les médecins restent indispensables », insiste Stéphane Le Foll, président de Le Mans Métropole.