Le réseau de chaleur sera étendu

Le réseau de chaleur de la métropole a été inauguré vendredi 16 novembre. La première étape d’un projet écologique, économique et social.

INAUGURATION DE L’UVED - LE MANS

L'économie de valorisation des déchets constitue un atout d'attractivité pour le territoire.
© AFPI/François Navarro

« Un projet exemplaire de lutte contre le réchauffement climatique ». Sylvie Jéhanno, présidente directrice générale de Dalkia ne cachait pas sa satisfaction, vendredi 16 novembre, au moment d’inaugurer la première phase des travaux de modernisation et d’extension du réseau de chaleur de Le Mans Métropole. « Un projet qui permet de réduire de 32 000 tonnes les émissions annuelles de CO2  tout en réduisant la facture énergétique pour l’équivalent de 18 000 logements ».

Depuis juillet 2017, les entreprises ont procédé à la pose de 13 kms de canalisations, à l’interconnexion entre l’Unité de valorisation énergétique des déchets (Uved) et le réseau de chaleur des Bords de l’Huisne, aux extensions des réseaux et à la création de sous-stations pour de nouveaux abonnés. Une deuxième tranche va se dérouler tout au long de l’année avec de nouvelles extensions vers le Pôle Santé Sud et la finalisation de la chaufferie des Bords de l’Huisne.

En 2020, le futur réseau de chaleur, long de 40 kms, sera alimenté à plus de 84% par des énergies de récupération. L’investissement porté par Dalkia pour la modernisation et les extensions du réseau s’élève à 23 M€.

Pour alimenter ce vaste réseau, l’Uved qui incinère 140 000 tonnes de déchets ménagers non recyclables et assimilés a été modernisée. Le site produit 58 000 MWh d’électricité et 150 000 MWh de chaleur. 14 M€ de travaux ont été nécessaires pour garantir des performances optimales et une production d’énergie maximale.

Le site est également doté d’une salle pédagogique à destination des scolaires et de toute personne intéressée au devenir des déchets et à leur valorisation sur le territoire.

Stéphane  Le Foll, président de Le Mans Métropole a profité de l’occasion pour rappeler que « l’enjeu écologique (était) également un enjeu économique et social. Nous réduisons les émissions de CO2 de 32 000 tonnes par an et redistribuons 1M€ de pouvoir d’achat à l’ensemble des foyers raccordés. Nous allons accélérer le développement de ce réseau de chaleur pour les ménages et pour les entreprises. Ce réseau en diminuant les coûts énergétiques devient un avantage de compétitivité pour le territoire. »