Un robot unique en France aux Beaux-arts du Mans

Pour se former à la mention Option designer computationnel et mécatronique, les étudiants des Beaux-arts disposent d’un robot unique.

© Ville du Mans

Une formation unique en France et un robot qui l’est tout autant : l’école supérieure d’art et de design Talm du Mans peut se targuer d’être à la pointe des innovations artistiques.

Ouvert depuis la rentrée, l’école propose un nouveau diplôme ayant grade de master : le design computationnel et mécatronique pour former des designers de demain.

« La formation est accessible sur concours dont le prochain se déroule en avril 2019 et s’adresse à des étudiants en niveau licence qui disposent d’une sensibilité pour l’art et les nouveaux médias », précise Felix Agid, enseignant et coordinateur de la formation avec Ianis Lallemand, enseignant et Christian Morin, directeur de l’établissement.

« Les étudiants sont formés à la réalité virtuelle, à la modélisation en 3D, à la programmation, à la fabrication numérique et à l’histoire des formes.  Ils suivent également des cours en humanité numérique à l’université Rennes 2 ». En partenariat avec des laboratoires en productique et des masters européens, la formation permet aux élèves de répondre à la création de nouveaux métiers en lien avec des besoins émergents : art, design, architecture, ingénierie et construction, nouveaux matériaux, automobile, aéronautique et produits de grande consommation, transport et mobilités, hautes technologies et procédés.

Dans cette formation, l’usage de l’ordinateur associé aux robots constitue un lien entre expérimentation, création et innovation.

Aussi, pour appuyer cette option innovante, l’établissement a acquis un équipement exceptionnel (financé en grande partie par Le Mans Métropole) : un bras robotisé grand format, relié à un ordinateur qui permet des découpes laser, des impressions en 3D…

« L’impact est impressionnant », indique Felix Agid. « On parle de cet équipement et de notre formation dans les plus grandes écoles européennes et internationales »

Le robot a déjà produit des œuvres phénoménales restituées dans une exposition visible jusqu’au 19 décembre, « Robotic Interaction ».

Des innovations saluées par Stéphane Le Foll, maire du Mans. « La création de cette formation répond à un vide présent dans l’ensemble des écoles d’art et de design pour former les artistes et les créateurs de demain. L’exposition des étudiants dans le hall des beaux arts doit pouvoir être source d’inspiration et accessible aux visiteurs.  

Rappelons que Le Mans a été un lieu de conjonction et d’innovation avec les deux grandes révolutions que sont la voiture et l’avion. L’Obéissante de Amédée Bollée et le Flyer de Wilbur-Wright. C’est pourquoi nous étudions la possibilité de créer une œuvre d’art qui symbolise ces deux grandes révolutions nées au Mans ».