Eau : un tarif unique et d’importants travaux

Depuis le 1er janvier dernier, le prix de l’eau a diminué de 5,28% pour les abonnés de 18 communes de la communauté urbaine.

Kid washing hands at home under water tap. Child girl in flour after cooking in cozy home kitchen.

Depuis début janvier, le prix du m3 d'eau potable est le même pour les abonnés des 19 communes de Le Mans Métropole.
© AdobeStock

UN TARIF UNIQUE DE L’EAU

C’était l’un des objectifs de la création de la Communauté urbaine de l’Eau en janvier 2018. Trois ans plus tard, l’ensemble des 120 000 abonnés des 19 communes de Le Mans Métropole bénéficient désormais d’un tarif unique de l’eau.

Inchangé pour les abonnés du Mans, le prix de l’eau diminue pour les habitants des 18 autres communes de la communauté urbaine. Les tarifs des anciens abonnés du Siderm ont été alignés sur ceux des abonnés de la ville du Mans.

Le prix du m3 d’eau potable est ainsi fixé à 1,133€ HT (contre 1,280€ HT auparavant pour les habitants des 18 communes hors Le Mans) et l’abonnement à 37,80€ HT (contre 44,31€ HT auparavant pour les habitants des 18 communes hors Le Mans). Des baisses substantielles estimées à 25,49€ par an pour une consommation de 120 m3. Une baisse de 5,28% de la facture eau (assainissement compris).

« C’est un vrai choix. Peu de collectivités ont fait ce choix de baisser le prix de l’eau. Une décision qui ne remet absolument pas en cause la qualité de l’eau », précise Marcel Mortreau, vice-président communautaire délégué à l'Eau et l'assainissement, à la Gestion des cours d'eau et à la Prévention des risques majeurs. Bien au contraire, la collectivité poursuit ses investissements pour une métropole durable avec d’importants chantiers de modernisation.

40 M€ DE TRAVAUX A L’EPAU ET A LA CHAUVINIERE

A l’Usine des eaux de l'Epau, des travaux de modernisation de la filière de décantation, de sécurisation du site et la pose de panneaux sur la nouvelle usine des eaux ont démarré en 2020. Trois bâtiments, le premier pour le pompage de l’eau brute, le second pour traitement et le stockage des réactifs et le troisième pour le traitement des boues devraient être achevés cette année.

La réalisation de nouveaux ouvrages de la filière traitement avec destruction des anciens datant de 1969, la transformation des bâtiments des charbons actifs en bâche de stockage d’eau traitée et la création de « by pass » des citernes d’eau traitée afin de sécuriser la distribution d’eau potable s’étaleront jusqu’en 2023. Le coût de l’opération est estimé à 25M€.

La construction de l’unité de méthanisation sur la station d’épuration de La Chauvinière est en voie d’achèvement. L’objectif, ici, est de transformer des boues d’épuration issues des eaux usées en biogaz, injecté dans les réseaux GRDF. Le première injection de biométhane dans le réseau est d’ailleurs attendue au cours du second trimestre 2021.

Un projet s’inscrivant dans la démarche de développement durable instaurée par la communauté urbaine. Montant global de l’opération : 16,5M€. Les recettes estimées pour la vente de gaz s’élève à environ 9M€ pour les cinq premières années.